Santé & Biotechnologies, une région à la pointe

Actualités et conseils sur les carrières en méditérannée
Filières & Métiers
Publié le mardi 08 décembre 2015
Article3-carre_m

Le littoral méditerranéen, de Montpellier à Nice, constitue le territoire français le mieux équipé en matière de santé. Son expertise en biotechnologies est reconnue à travers le monde, notamment en immunologie, cancérologie et génétique moléculaire

À Marseille, l'Institut Paoli-Calmettes est le deuxième plus important centre de cancérologie de France.

 

Avec 131 000 salariés en Languedoc-Roussillon et 170 000 en PACA, la santé représente un des plus gros secteurs d'emploi du grand Sud. L'offre de soins en PACA génère à elle seule un chiffre d'affaires similaire à celui du BTP, tandis que la recherche en sciences de la vie place la région au deuxième rang français, avec 113 unités de recherche publique. Pour Emilie Royère, directrice générale d'Eurobiomed, l'un des huit pôles français de compétitivité en matière de santé, la force du Sud-Est repose sur « l'importance de la R&D, la densité du tissu industriel composé majoritairement de PME et la qualité des entrepreneurs matures qui réussissent, montrent l'exemple et tirent les autres vers le haut. Les entreprises qui se créent ou s'implantent dans la région y trouvent la recherche, des hôpitaux d'excellence pour conduire leurs essais cliniques et des financements pour mener leurs projets. Le tout environné par un pôle de compétitivité qui leur permet d'interagir entre elles ».

 

Le secteur Languedoc-Roussillon-PACA brille dans plusieurs domaines : l'infectiologie, le diagnostic, l'immunologie, la cancérologie, les neurosciences et l'ophtalmologie. Le territoire est reconnu par le gouvernement par des labels d'excellence : l'Infectiopôle Sud, le Cancéropôle et le pôle Eurobiomed. La fondation Infectiopôle sud, spécialisée dans les maladies infectieuses émergentes et les maladies tropicales, rassemble des équipes scientifiques et médicales en microbiologie du meilleur niveau de Montpellier, Nîmes, Marseille et Nice. Un lieu dédié de 20 000 m2 ouvrira en 2016 à l'hôpital de la Timone à Marseille, abritant environ 700 salariés. Objectif : créer un grand centre en matière de soins, d'enseignement et de recherche dans les maladies infectieuses en regroupant sur le même site malades, médecins, chercheurs et industriels.

 

L'ascension d'Innate Pharma

L'immunologie rassemble plus d'un millier d'emplois à Marseille dont l'excellence dans le secteur n'est plus à démontrer. Le pôle de recherche Marseille Immunopôle, qui fédère des chercheurs, médecins et industriels, vise d'ailleurs à positionner la ville comme la capitale européenne dans ce domaine. Le Centre d'immunologie Marseille-Luminy se classe, quant à lui, parmi les dix plus grands au monde et a vu naître plusieurs leaders européens, tels qu'Immunotech ou Innate Pharma. Cette startup marseillaise, membre fondateur de Marseille Immunopôle, conçoit et développe des anticorps thérapeutiques innovants contre le cancer et les maladies inflammatoires. Elle a franchi, en avril 2015, une nouvelle étape de son développement en signant un accord avec le groupe britannique AstraZeneca pour co-développer et commercialiser l'anticorps IPH2201, un traitement contre le cancer. Ce contrat, d'une valeur inégalée dans les biotechs françaises, va lui permettre d'accélérer les essais cliniques. «Pour mener ces études, nous devons dans un premier temps renforcer nos équipes de développement clinique, puis celles des laboratoires et des activités support, afin d'accompagner la croissance de l'entreprise, annonce Nathalie Ivars, DRH de la société. Nous recherchons notamment deux médecins, un manager des affaires réglementaires, un directeur de pharmacovigilance et un manager technico-réglementaire pour les opérations pharmaceutiques. Certains profils spécialisés dans le développement clinique sont plus difficiles à pourvoir, faute de formations à ces métiers et de candidats dans la région ».

 

Autre société qui se distingue dans le domaine des biotechnologies : Nicox, spécialisée depuis 2012 en ophtalmologie. Basée à Sophia-Antipolis, cette start-up de 130 salariés a quadruplé son chiffre d'affaires entre 2014 et 2015, et possède des bureaux en Italie, en Espagne, en Angleterre, en Allemagne et aux Etats-Unis. Elle commercialise des produits ophtalmiques en Europe et dans le monde, et en développe d'autres qui devraient être mis sur le marché à partir de 2016.

«Nous avons en projet d'acquérir d'autres sociétés et/ou d'autres produits en licence, ce qui nous amènera à recruter en 2016 et au-delà, affirme Stéphane Nicolas, le DRH. Nous recherchons actuellement un pharmacien responsable, une denrée rare qui requiert des compétences particulières. De manière régulière, nous recrutons des pharmaciens, responsables qualité, délégués médicaux qui sont des fonctions- clés très spécialisées, mais aussi des profils transverses de fonctions support (comptabilité, finance…) permettant la bonne marche de l'entreprise. Pour tous ces métiers, l'anglais est un impératif.»

 

Synergies locales

En cancérologie, le Languedoc-Roussillon est doté de l'Institut Régional du Cancer Montpellier/ Val d'Aurelle, qui emploie plus de 800 salariés et 130 chercheurs orientés vers la recherche fondamentale et de transfert. La région Provence- Alpes-Côte d'Azur possède l'un des huit sites de recherche intégrée en cancérologie labellisés par l'Institut National du Cancer. Le Cancéropôle PACA rassemble 750 chercheurs et médecins dans des établissements hospitaliers, l'Institut Paoli-Calmettes et l'Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille, et des centres de recherche associés. L'objectif principal est d'animer et de coordonner la recherche dans le domaine du cancer. Deuxième plus important centre de cancérologie de France, l'Institut Paoli-Calmettes recrute en permanence pour renouveler des postes existants comme pour répondre à de nouveaux besoins.

«Nous sommes à la recherche de médecins, anesthésistes, chirurgiens, infirmiers anesthésistes et infirmiers de bloc opératoire, qui sont des métiers en tension à l'IPC, affirme Emmanuel Naudet, DRH de l'institut. Nous rencontrons également des difficultés à recruter des secrétaires médicales diplômées et expérimentées. En 2016, la rénovation du secteur imagerie va nous amener à embaucher des manipulateurs et des médecins en imagerie interventionnelle, une discipline de pointe en vrai développement.»

Silver économie, la filière d'avenir

Devenue officiellement une filière en 2013, la Silver économie réunit l'ensemble des activités économiques et industrielles qui bénéficient aux personnes âgées. Avec le vieillissement de la population, ce secteur est en plein essor et générateur d'entreprises et d'emplois. Une étude réalisée en 2013 par la DARES estime que 300 000 emplois pourraient être créés en France d'ici 2020. À l'échelle régionale comme à celle du pays, le tiers de la population sera âgé de plus de soixante ans en 2020. Parmi les axes de la Stratégie régionale d'innovation adoptée par la Région PACA en 2013, figure la mise en place d'un accélérateur des entreprises e-santé. De son côté, Montpellier Méditerranée Métropole construit un hôtel d'entreprises dédié à la Silver économie avec des services nouveaux pour la population senior dans la problématique du « bien-vieillir ». Un millier d'emplois serait à la clé.

Interview

Professeur Olivier Guérin
Vice-président de France Silver Eco

Avec les activités économiques liées aux seniors, une nouvelle filière est née, porteuse d'emplois et de croissance. Le professeur Olivier Guérin, gériatre à Nice et vice-président de France Silver Eco, analyse l'importance de ce secteur.

La Silver économie est un secteur extrêmement porteur

Quel est le rôle de France Silver Eco et pourquoi a-t-il été implanté à Nice ?

Olivier Guérin Le centre national de référence France Silver Eco a pour rôle depuis 2009 de coordonner les centres d'experts régionaux et d'animer le Comité de filière Silver Eco. Elle oeuvre au développement de la croissance et de l'emploi de qualité. La population des Alpes-Maritimes anticipe de dix ans la démographie de la France. Les expériences qui y sont testées servent de modèles au reste du pays. Nous avons par exemple un living lab européen à l'échelle de la ville, appelé PAILLON 2020, véritable laboratoire de la santé de demain.

 

La Silver Economie représente plusieurs dizaines de milliers d’emplois en France, non délocalisables

 

En quoi la Silver économie représente-t-elle un gisement d'emplois important ?

O.G. La Silver économie est un secteur extrêmement porteur qui représente plusieurs dizaines de milliers d'emplois en France, non délocalisables. C'est un des deux plus gros leviers de développement économique et de gisement d'emplois dans les pays de l'OCDE, au même niveau que la filière de l'économie verte.

 

Quels sont les métiers impactés par le vieillissement de la population ?

O.G. Tous les métiers sont impactés : les services à la personne ; les acteurs de la prévention et du « bien-vieillir » ; les assurances et les banques qui proposent des produits spécifiques aux seniors ; le secteur du bâtiment qui adapte les logements à la perte d'autonomie, les acteurs du numérique, les chercheurs… C'est un secteur très hétérogène. Pour l'ethnologue Claude Lévi- Strauss, qui s'est intéressé à la question, le vieillissement de la population est l'élément le plus impactant sur le fonctionnement de notre société depuis la sédentarisation de notre espèce. C'est un phénomène qui concerne toute l'humanité et dont les enjeux sont colossaux.

 

Voit-on apparaître de nouveaux métiers ?

O.G. De nouveaux métiers apparaissent, effectivement, comme les coachs d'activités physiques adaptées à la perte d'autonomie et aux maladies chroniques. Beaucoup de métiers évoluent. Les agents de La Poste, par exemple, vont devenir des acteurs de proximité et de lien social en réalisant des visites aux personnes isolées. Les aidants familiaux peuvent développer leurs compétences en bénéficiant d'une formation leur permettant de travailler pour d'autres personnes.

 

En quoi consiste la prime Silver Boost Emploi proposée par France Silver Eco ?

O.G. C'est une aide de 5 000 euros dont peuvent bénéficier les start-up de la domotique et du maintien à domicile, mais aussi les acteurs de la santé et du social qui recrutent un CDI ou un CDD de plus de six mois à temps plein dans le cadre de la Silver Eco. C'est une incitation à créer de l'emploi.

  • Twitter Cadremploi
  • Facebook Cadremploi
  • Linkedin Cadremploi