Énergie, un secteur en mutation

Actualités et conseils sur les carrières en méditérannée
Filières & Métiers
Publié le mardi 08 décembre 2015
Article5-carre_m

Eolienne, solaire, nucléaire, hydraulique, géothermique… Dans le Sud, les énergies et les métiers qui y sont liés sont multiples. Un vaste secteur qui offre de belles opportunités de carrière.

Urbasolar, la centrale photovoltaïque de Bramefan

En Méditerranée, il y a le ciel, le soleil, la mer… et toutes les énergies qui vont de pair. Premier gisement solaire français, deuxième pour l'hydraulique et troisième pour l'éolien et la biomasse, la région PACA compte des entreprises majeures : EDF, Veolia, Suez, Cybernetix, Conergy, CNIM ou Eole Res. Le département abrite également le Commissariat à l'énergie atomique Cadarache, l'un des plus importants centres de R&D sur l'énergie nucléaire en Europe.

 

Languedoc-Roussillon leader sur les ENR

Le Languedoc-Roussillon n'est pas en reste : deuxième gisement solaire en France et éolien européen, c'est une région à la pointe en matière d'énergies renouvelables et photovoltaïques. Des entreprises fortes sont présentes sur le marché, comme Quadran, Urbasolar, Compagnie du Vent, EDF Energies Nouvelles, auxquelles s'ajoute un grand tissu de PME et TPE performantes. Près de 3000 emplois directs se maintiennent ainsi dans ce secteur en Languedoc-Roussillon. Un domaine qui recrute toujours, tout comme le nucléaire et les projets de biomasse.

« Dans ce secteur porteur, les chefs de projet éolien sont particulièrement prisés, affirme Jean-Paul Burtin, président du cabinet de recrutement d'EOGS (Energy Oil and Gas Services). Nos clients recherchent surtout des profils techniques et expérimentés. Il y a, par exemple, de l'activité pour les mécaniciens ou techniciens spécialisés dans les machines tournantes ou dans l'automatisme. Des opportunités existent à chaque niveau, de Bac +2 à Bac +5. La période est en revanche plus difficile pour les raffineries de pétrole de l'Etang-de-Berre, comme Total, Shell ou Arkema, qui réduisent leurs effectifs ».

URBASOLAR, CHAMPION DU PHOTOVOLTAÏQUE

Le leader français du photovoltaïque Urbasolar a adopté une stratégie de croissance basée sur l'innovation. Précurseur en 2008 avec la plus grande centrale en toiture en Europe, il l'est encore cette année avec la première centrale solaire à concentration de forte puissance en France. Désormais tourné vers l'international, le groupe basé à Pérols (34) recherche des profils de cadres multilingues et mobiles, mais aussi des ingénieurs, spécialistes de la construction, techniciens, conducteurs de travaux et profils supports. « Nous sommes en veille permanente, précise Stéphanie Andrieu, directrice générale, car notre rythme de développement peut nous amener à recruter des collaborateurs de qualité qui sauront relever le challenge de la transition énergétique qui a lieu partout dans le monde ».

 

Les « smart grids » en plein essor

Autre domaine prometteur : les smart grids. Ces réseaux électriques intelligents intègrent les technologies de l'information et de la communication pour optimiser la gestion de la consommation énergétique. Déjà expérimentés sur la Côte d'Azur, ces réseaux devraient se déployer à l'échelle régionale. La Région PACA a posé sa candidature « Flexgrid » pour devenir un territoire de « Réseaux électriques intelligents ». « C'est un secteur qui va se développer ces prochaines années et qui aura forcément des conséquences positives sur l'emploi, assure Thierry Lacroix, secrétaire général du pôle de compétitivité Capenergies, mobilisé sur ce projet. Les services et activités les plus concernés sont l'électrotechnique (du technicien de base à l'ingénieur, de l'électricien au thermicien en passant par les électroniciens et instrumentistes), l'hygiène, la santé, la sécurité, l'environnement pour les sites industriels et tertiaires ou encore la R&D pour l'écoconception de produits innovants. Il faudra d'ailleurs être vigilant pour éviter la pénurie sur ces métiers qui sont également recherchés dans l'éolien et le solaire, par exemple ».

L'ÉOLIEN FLOTTANT, UNE NOUVELLE FILIÈRE À L'ÉTUDE

Trois des quatre zones françaises propices au développement de fermes pilotes pour les éoliennes offshore flottantes ont récemment été désignées par l'Etat en mer Méditerranée. Elles sont situées au large de l'étang de Leucate et de la commune de Gruissan en Languedoc-Roussillon et du phare de Faraman en PACA. «La Méditerranée est une mer profonde qui ne convient pas à l'éolien posé puisqu'il nécessite des fondations, explique Patrick Baraona, directeur du Pôle Mer Méditerranée. La solution serait donc de poser l'éolienne sur une plateforme flottante, ancrée dans des profondeurs d'eau de 80 à 200 mètres». En permettant d'accéder à des gisements de vent plus importants, l'éolien flottant ouvre de nouveaux marchés aux industriels français. «Nous avons recensé près de 200 entreprises régionales dans la chaine de valeurs, poursuit Patrick Baraona. Certaines se sont déjà positionnées sur le marché, comme EDF, Engie ou Quadran. C'est une nouvelle filière industrielle prometteuse pour laquelle les Régions PACA et Languedoc- Roussillon se mobilisent. L'enjeu est que les composants soient construits en région ».

Interview

Pascal Sarrazin
Chargé de mission projet ITER à Pôle Emploi PACA

En quoi consiste le projet ITER et quel impact économique va-t-il avoir sur la région ?

Pascal Sarrazin ITER est un projet de recherche international qui vise à maîtriser la fusion nucléaire. Les retombées sur la région se font déjà sentir puisque plusieurs entreprises, comme Vinci, ont passé des contrats pour la partie construction. Depuis le début de l'année 2015, nous avons eu 170 offres. Nous attendons une montée en puissance du chantier, avec 2 500 à 3 000 travailleurs jusqu'en 2021.

Quels sont les besoins en recrutement ?

P.S. Pour le chantier, nous recherchons des maçons, coffreurs, ferrailleurs, grutiers, conducteurs d'engin. De 2016 à 2021, nous procéderons au recrutement des installateurs électriciens, tuyauteurs, soudeurs, plombiers. Puis viendra le troisième gros chantier qui nécessitera des ingénieurs sûreté nucléaire, chargés d'affaire dans l'industrie, etc. À la marge, nous avons souvent des demandes d'agents de sécurité, maîtres-chiens, d'emplois supports et de sociétés de nettoyage.

Certains métiers sont-ils en tension ?

P.S. Les postes de dessinateurs projeteurs sont plus difficiles à pourvoir car la plupart des métiers de haut niveau exigent de parler anglais, ITER étant un chantier international, regroupant l'Union européenne, la Russie, la Corée, le Japon, les Etats-Unis et l'Inde.

  • Twitter Cadremploi
  • Facebook Cadremploi
  • Linkedin Cadremploi