Environnement : L’économie verte, un secteur florissant

Actualités et conseils sur les carrières en méditérannée
Filières & Métiers
Publié le mardi 08 décembre 2015
Article6-carre_m

L’environnement a conquis une bonne partie de l’économie ces dernières années, créant de nouveaux métiers ou en transformant d’autres. Zoom sur les opportunités professionnelles dans le grand Sud.

 

 

Les défis environnementaux qui se posent à la France ont fait émerger une économie verte dont les conséquences sur l'emploi sont importantes. On distingue les métiers verts, qui ont pour objet de travailler directement sur la préservation de l'environnement, des métiers verdissants qui évoluent en raison de contraintes environnementales. Cette dernière catégorie est la plus représentée en PACA, puisqu'elle compte 264 500 salariés travaillant dans des secteurs aussi divers que l'éco-construction, les transports, l'agriculture, les industries, le commerce ou la communication. Les métiers verts regroupent quant à eux 9 500 professionnels en PACA, dans les domaines de l'eau, des déchets, de l'énergie et de la protection de la nature.

 

Les métiers du tri, du recyclage et de la réutilisation sont très en vogue. Marjorie Lansiaux

 

L'eau et les déchets créateurs d'emploi

« Les secteurs de l'assainissement de l'eau et du traitement des déchets sont les plus conséquents en termes d'effectifs, avec 3700 emplois, soit 40% des métiers verts en PACA, remarque Marjorie Lansiaux, responsable du service information et communication à l'ARPE PACA. Viennent ensuite les métiers liés à la production et à la distribution de l'énergie et de l'eau qui recensent 3500 professionnels. Les métiers du tri, du recyclage et de la réutilisation sont très en vogue, tout comme la rénovation énergétique des bâtiments.»

Trop de formations universitaires

En Languedoc-Roussillon, la filière verte réunit plus de 3 000 éco-entreprises, essentiellement des PME. Le secteur des déchets représente un effectif d'environ 2 000 salariés et un chiffre d'affaires global de 350 millions d'euros. Le Languedoc- Roussillon est la région française qui possède le plus grand nombre de formations environnementales. Elle rassemble plus de mille chercheurs dans le domaine de l'eau et de l'environnement, soit plus du quart du potentiel français de recherche publique. En région PACA, ce sont surtout les filières courtes (BEP, CAP ou BTS) qui sont recherchées par les employeurs. « Les profils techniques ne rencontrent pas de difficultés à trouver un emploi, tandis que les masters s'insèrent plus difficilement, remarque Marjorie Lansiaux. L'offre d'emplois à ce niveau est vraiment insuffisante par rapport à la demande».

Le Languedoc-Roussillon, expert dans la filière eau

Avec 350 entreprises dans la filière eau, 7 000 emplois et 700 millions d'euros de chiffre d'affaires, le Languedoc-Roussillon s'affiche comme le territoire référent du domaine de l'eau en France. « La filière recouvre toute la gamme d'activités liées à l'eau mais aussi toutes les tailles d'entreprises, indique Yvan Kedaj, délégué général du réseau Swelia qui fédère 110 entreprises régionales. 40 % d'entre elles ont moins de dix salariés. Pour pouvoir les positionner sur des marchés de taille intéressante, nous initions des solutions packagées de co-développement d'offres ». De son côté, le Pôle Eau, pôle de compétitivité à vocation mondiale qui réunit 450 adhérents du Languedoc- Roussillon, de PACA et de Midi-Pyrénées, incite également au regroupement. « Créer des offres intégrées est le meilleur moyen pour les très nombreuses TPE de la région de devenir plus visibles à l'international et de conquérir les marchés en voie de développement comme l'Inde ou la Chine », assure Jean-Loïc Carré, directeur du Pôle Eau. 

Interview

Sandrine Delouille

Directrice adjointe de l’IRFEDD (Institut régional de formation à l’environnement et au développement durable), co-auteur de l’étude « Emplois verts, opportunités pour les femmes ? » réalisée par l’ARPE, en partenariat avec l’ORM et l’IRFEDD.

Les femmes sont très peu présentes au sein des métiers verts ou verdissants

Quelle place occupent les femmes dans les métiers verts en PACA ?

Sandrine Delouille Les femmes sont très peu présentes au sein des métiers verts ou verdissants puisqu’elles occupent respectivement 13 % et 14 % des postes. Dans le domaine des traitements des déchets ou de l’assainissement de l’eau, elles ne représentent que 3 % des postes. Elles sont plus diplômées que les hommes et, de ce fait, occupent des postes qualifiés ou d’encadrement.

Pourquoi sont-elles si peu nombreuses ?

S.D. On se heurte à des a priori. Beaucoup imaginent que ces métiers nécessitent de la force physique. Mais rien ne justifie qu’un homme puisse mieux travailler dans ces domaines qu’une femme. De même, le traitement des déchets n’est pas forcément sale. Il existe une diversité de métiers qui y sont liés, notamment la valorisation ou le recyclage.

Comment faciliter l’accès des femmes à ces métiers ?

S.D. Principalement par de l’information et une bonne orientation dès la troisième. Beaucoup d’entreprises, surtout les grands groupes, cherchent à mixer leurs équipes. Il y a donc là un vrai créneau à saisir pour les femmes.

  • Twitter Cadremploi
  • Facebook Cadremploi
  • Linkedin Cadremploi