Le dispositif Ardan, catalyseur d’innovations et d’emplois

Actualités et conseils sur les carrières en méditérannée
Conseils et Repères
Publié le vendredi 11 décembre 2015
Article17-carre_m

L’Action régionale pour le développement d’activités nouvelles (Ardan) mise sur des relations gagnant-gagnant pour soutenir l’économie. Le dispositif, créé en 2003, semble sur la bonne voie.


Photo © DR
Le dispositif instaure une relation gagnant-gagnant entre le stagiaire et l’employeur.

 

Le dispositif Ardan s’adresse aussi bien aux TPE qu’aux PME, dès lors qu’elles ont pour projet de créer de la valeur » : c’est par ces quelques mots que Catherine Mattéi, responsable du dispositif Ardan au sein du CNAM Paca, définit ce coup de pouce en faveur de l’emploi et de la compétitivité. Un producteur de fromage de chèvre qui souhaite créer un service qualité ? Un camping qui veut développer un service communication ? Le CNAM met en relation entreprises et personnel qualifié en quête d’un nouvel emploi. Durant six mois, le projet est porté par un stagiaire qui partage son temps entre entreprise et formation. Il perçoit une gratification (de la Région ou de Pôle Emploi) augmentée de 460 € mensuels. Pour l’entrepreneur, chaque projet soutenu par le dispositif Ardan affiche un coût total définitif de 5 500 €.

Un accompagnement de qualité

Basé sur un réseau concentré autour du CNAM Paca, Ardan consiste donc à soutenir tout à la fois les entreprises désireuses de développer un nouveau service et les demandeurs d’emploi. « Nous travaillons avec une quarantaine de partenaires – CCI, Chambre des métiers, pépinières d’entreprises, etc. – issus des six départements de Paca, explique Catherine Mattéi. Lorsqu’un dirigeant fait appel à nous, il doit présenter son projet devant un comité de pilotage qui donne son avis. S’il est retenu et qu’un candidat stagiaire correspond, les choses peuvent aller très vite ; s’il n’y a pas de candidat stagiaire, une annonce est passée via les partenaires institutionnels : Pôle emploi, Apec, … ». Après une décennie de fonctionnement, Ardan Paca a vu démarrer 1274 conventions, dont 811 transformées en emplois. Soit un taux de solution emploi de 64 % ! Pour Annunziato Polimeni, Ardan a été un vrai tournant : « Sans emploi, après une solide expérience comme chef de projet dans une grosse entreprise, j’ai contacté un ancien collègue qui avait créé une start-up et désirait mettre en place un service client. Soutenu par un incubateur, le dispositif Ardan lui a permis de tester le projet puis de m’embaucher. Le stage de six mois a été une très bonne expérience. La formation m’a familiarisé avec l’univers des petites structures et les cours m’ont permis de créer un petit réseau. Ce sont des échanges très enrichissants. »

Une formation concrète et reconnue

Parallèlement à sa mission en entreprise, le stagiaire bénéficie d’une formation de 308 heures, dont dix-sept jours au sein du CNAM. Le reste étant consacré à l’accompagnement. Au terme des six mois, il obtient un titre RNCP (Réseau national des certifications professionnelles) de niveau 3. Accessible à tous, cette formation a pour but d’apporter au stagiaire les compétences nécessaires à la vie dans une TPE/PME. « C’est une formation qualitative quel que soit notre niveau d’études, explique Muriel Izembart, qui a bénéficié d’un stage suivi d’un embauche au sein de la société Effi Plus, à Vallauris. Ma mission a été de développer à la fois la clientèle sur le territoire national et l’offre produit. La force du dispositif Ardan est de proposer un accompagnement adapté à chaque cas. Cela m’a permis de prendre du recul et de savoir si je partais dans la bonne direction. Aujourd’hui, je poursuis ma mission, mais en CDI. »

  • Twitter Cadremploi
  • Facebook Cadremploi
  • Linkedin Cadremploi