Bonnes pratiques : le label Empli'tude

Actualités et conseils sur les carrières en méditérannée
Tendances
Publié le lundi 14 décembre 2015
Article18-carre_m

Parce que l’accompagnement à l’emploi n’incombe pas seulement aux collectivités territoriales, le PLIE (Plan local pour l’insertion et l’emploi) MPM Centre et la Maison de l’Emploi de Marseille ont mis en place, il y a 7 ans, le label Empl’itude. Une réussite.


Photo © DR Insertion professionnelle et bonnes pratiques sont nécessaires à l’obtention du label Empl’itude.

 

L’insertion professionnelle est l’un des principaux enjeux du monde professionnel et la diversité fait partie des axes de progression à privilégier. Acteurs institutionnels et privés oeuvrent de concert pour la mise en place des solutions efficaces et durables. Ainsi, la CCI de Montpellier a obtenu de l’AFNOR le Label Diversité, tandis que le Club d’entreprises du réseau FACE se mobilisent en région. À Marseille, des entités de toutes tailles et de tous secteurs, se distinguant par leurs bonnes pratiques et leurs actions en faveur de l’emploi, sont unies dans un même réseau par le label Empl’itude.
Depuis sa mise en place fin 2007, 115 entreprises ont été labellisées et 75 le sont encore aujourd’hui. Le label, attribué pour trois ans, est renouvelable après un nouveau passage devant le jury. Pour y prétendre, les entreprises doivent apporter la preuve d’actions en faveur de l’insertion, qu’il s’agisse d’engagements à destination des scolaires ou d’un public très éloigné de l’emploi. Missions locales et Éducation nationale deviennent des interlocuteurs privilégiés. Le candidat au label travaille aussi sur l’accompagnement des nouveaux salariés dans l’entreprise. Pour Jean-Christophe Barusseau, directeur général du PLIE MPM Centre, « les entreprises candidates vont bien plus loin que les obligations règlementaires, elles poussent la démarche jusqu’au bout ». Un constat repris par Sandrine Calvet, DRH des Villages Club du Soleil, labellisés depuis octobre 2009 : « 80 % de nos effectifs sont des saisonniers, de fait nous menons des actions fortes pour leur intégration. C’est une démarche qualité qui a structuré toutes les strates de notre société. Nous avons notamment créé une procédure précise quant à l’accueil des nouveaux collaborateurs ».

Un label, mais aussi un réseau

Autre axe de travail sur lequel doivent plancher les candidats : la diffusion des bonnes pratiques auprès des parties prenantes. Une obligation qui sert l’entreprise : « en terme de visibilité, confie Sandrine Calvet, le label est un formidable outil de communication qui nous ancre dans le territoire, mais c’est également une manière d’adhérer à un réseau. » Jean-Christophe Barusseau confirme : « un des avantages d’Empl’itude est de mettre en contact des entreprises qui partagent les mêmes valeurs. Quatre fois par an, nous organisons des réunions et le constat est clair : tout le monde y trouve son compte. »

Le label nous a insufflé une bonne dynamique !

« Nous avons obtenu le label en 2010, il correspondait assez bien à ce que nous faisions déjà (notamment l’accueil de stagiaires) et nous voulions voir ce qu’il pouvait nous apporter de plus. Après cinq ans, on peut dire que ça a été un moteur de développement. Mais surtout, nous avons appris à formaliser les différentes facettes de notre métier. Aujourd’hui, nous mettons en place des fiches de poste précises et lorsque nous avons dû embaucher, nous avons suivi les recommandations du label en intégrant du personnel féminin, qui plus est à des postes importants. Nous sommes également plus ouverts au marché et nous n’hésitons plus à répondre aux appels d’offres. Aujourd’hui encore, nous tissons des liens privilégiés avec les collèges de la ville, avec lesquels nous collaborons pour adapter des formations à nos métiers. » - Karim Driouche, Gérant de la société KD Com Dental (fabrication de matériel dentaire)

  • Twitter Cadremploi
  • Facebook Cadremploi
  • Linkedin Cadremploi