Le Technopôle de la mer, vitrine de l'innovation en Méditerranée

Actualités et conseils sur les carrières en méditérannée
Filières & Métiers
Publié le mercredi 11 janvier 2017
Vignette-technopole-mer_m

Les entreprises de l’économie maritime ont désormais un lieu d’implantation privilégié à Ollioules, dans le nouveau technopôle de la mer, centré sur les domaines de la sécurité et sûreté maritime et du développement durable.

Le DCNS et le Pôle Mer Méditerranée occupent les nouveaux locaux de la base terrestre à Ollioules.

C’est le premier technopôle en Europe favorisant une synergie entre les acteurs des technologies marines et sous-marines, de la maintenance des navires, du développement durable et de la sécurité et de la sûreté maritime. Sur 32 hectares, à l’entrée ouest de la ville de Toulon, le Technopôle de la mer prend la forme d’un grand complexe destiné à accueillir des bureaux, des hôtels d’entreprises, une pépinière, des centres de formations, des laboratoires de recherche, des commerces et des services. Le leader mondial du naval de défense DCNS s’y est déjà installé en début d’année 2015, tout comme le Pôle de compétitivité Mer Méditerranée, en septembre 2016.

6 000 emplois dans la Silicon Valley maritime

Pour la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, qui l’inscrit dans l’Opération d’Intérêt Régional «Industries du futur», le Technopôle doit devenir une véritable Silicon Valley des technologies de la mer, notamment autour des systèmes intelligents. «À terme, ce lieu regroupera les entreprises de la sécurité et de la sûreté maritime, du naval, du nautisme, de l’environnement, ayant des capacités d’étude, d’ingénierie et de conception, explique Patrick Baraona, directeur du pôle mer Méditerranée. Le Technopôle est réparti sur deux sites : une base « terrestre » à Ollioules sur laquelle s’est implanté le DCNS et le pôle mer Méditerranée, et une base « marine » à La Seyne-sur-Mer qui permet l’accès direct à la rade de Toulon et à la Méditerranée, afin de faciliter les essais en mer pour les entreprises. Au terme du projet, d’ici à 2025, 6000 emplois devraient être implantés sur ce Technopôle. »

Une plateforme d’innovation collaborative

Pour accélérer et faciliter la mise sur le marché des systèmes complexes intelligents industriels et navals, le Technopôle de la mer se dotera au premier semestre 2017 d’une plateforme mutualisée de R&D baptisée S.E.A Lab Innovation Center. Dans un environnement de travail privilégié, les start-ups et PME auront à leur disposition un espace de co-working, des salles de réunions et un espace modulaire de 400 m2 doté d’une architecture informatique ouverte et sécurisée. Cet espace constituera l’environnement de co-création, de développement, d’intégration et de maturation des innovations. Celles-ci porteront sur plusieurs domaines : le big data et le big analysis (protection de l’environnement et sécurité maritime), la cyber-sécurité civile et militaire, les systèmes complexes à logiciel prépondérant, les drones et les usages associés, la robotique intelligente civile et la transition énergétique. « L’idée est de fournir aux PME, grâce à la mutualisation, des outils industriels performants de développement logiciels, stockage de données, calculateurs et un accès à des bases de données extérieures (de l’Ifremer, du CNRS ou de l’OTAN) pour développer leurs applications, poursuit Patrick Baraona. Elles utiliseront des briques technologiques (par exemple des composants logiciels, solutions hardware et Framework) développées par d’autres industriels et mises à leur disposition dans le S.E.A.Lab. Ainsi, elles ne se concentreront que sur leur innovation. Elles pourront ensuite tester leur application en conditions réelles sur des bateaux du DCNS ou de l’Ifremer. Le S.E.A Lab leur permettra de gagner deux à trois ans sur le développement et la mise sur le marché de leur nouveau produit ou service. » Les entreprises auront également accès à des moyens aériens d’expérimentation (drones, zones de vol, etc.) via la plateforme AirLab Network. Ces deux projets complémentaires, S.E.A. Lab Innovation Center et AirLab Network, font partie du grand projet structurant System Factory qui a pour ambition de développer un pôle d’excellence en matière de création et d’intégration de systèmes industriels complexes.

Marseille, port connecté et intelligent

Un data center d’envergure internationale conduit par InterXion est également en cours d’aménagement dans les bassins portuaires de Marseille. Point d’atterrissage des câbles sous-marins, Marseille devient ainsi une ville clé du développement numérique, favorisant le développement de nouvelles filières et de nouvelles compétences.

Le Grand port maritime de Marseille (GPMM) veut se hisser sur l’échiquier des smart ports mondiaux. Soutenu par le président de Région qui souhaite faire de Paca une référence de la filière navale et maritime pour conquérir de nouveaux marchés, le GPMM cherche à devenir plus performant en accélérant le développement du numérique, à la fois pour la logistique, la gestion des escales, la sécurité, les procédures douanières ou les échanges de données. Marseille Fos bénéficie déjà de Neptune Port, un système d’informations performant pour la gestion des 10 000 escales de navires annuelles, et d’AP+ pour la déclaration des marchandises. Un data center d’envergure internationale conduit par InterXion est également en cours d’aménagement dans les bassins portuaires de Marseille. Point d’atterrissage des câbles sous-marins, Marseille devient ainsi une ville clé du développement numérique, favorisant le développement de nouvelles filières et de nouvelles compétences.

En chiffres

  • 60 000 emplois directs dans la filière, dont 21 000 au sein des acteurs du Pôle Mer Méditerranée
  • Plus de 270 apprentis en 6 ans, c'est l'objectif du nouveau président de région, Laurent wauquiez.
  • 60 000 acteursdont 190 entreprises(PME, Groupes et Entreprises non PME)
  • 21 000 chercheurs et plus de 75 organismes de recherche et de formation
  • Plus de 2 000 diplômés par an
  • Toulon,1erport militaire de France
  • Marseille ,1er port français, 4e port européen et 3e port pétrolier mondial
  • 1ère zone de navigation de yachts au monde

(Source Investinpaca)

  • Twitter Cadremploi
  • Facebook Cadremploi
  • Linkedin Cadremploi