Les filières émergentes du secteur maritime

Actualités et conseils sur les carrières en méditérannée
Filières & Métiers
Publié le mercredi 11 janvier 2017
Vignette-filieres-emergentes_m

Aux côtés des secteurs phares de l'économie maritime (transports, industries maritimes, défense nationale, nautisme et pêche), de nouvelles activités émergent, qui constituent un potentiel de développement économique intéressant.

 

Retenue comme zone de déploiement de fermes éoliennes flottantes pilotes, suite à l’appel à projet lancé en août 2015 par l’Ademe, la région Paca accompagne l’émergence de la filière de l’éolien flottant, jugé structurant en termes d’emplois. Trois des quatre sites nationaux sélectionnés se trouvent en Méditerranée : à Leucate, Gruissan et à Faraman, dans le golfe de Fos. C’est aussi au large de Faraman qu’EDF Energies Nouvelles étudie le développement de Provence Grand Large, un parc pilote de 25 MW. L’aquaculture est une autre filière prometteuse de la région, en particulier la culture des micro-algues. « Le Grand port maritime de Marseille- Fos a lancé récemment une expérimentation de valorisation des fumées industrielles pour faire pousser des algues destinées à être transformées en carburant, informe Patrick Baraona, directeur du Pôle Mer Méditerranée. C’est une piste intéressante pour l’avenir. »

La région Paca accompagne l’émergence de la filière de l’éolien flottant, jugé structurant en termes d’emplois

De nouvelles formations ciblées

Compte tenu du contexte national, la cybersécurité portuaire est en plein développement. « Les compétences de traitement de logiciels, d’algorithmes, utilisées dans le domaine naval pourraient être transférées dans le civil », souligne Patrick Baraona. Dans les filières plus classiques, certains métiers sont particulièrement en tension, comme les chaudronniers, soudeurs ou tuyauteurs. « Nous observons un manque de compétences dans la peinture navale par exemple, mais aussi dans la mécatronique navale, dans l’éolien flottant, l’hydraulique naval et dans la soudure, remarque Alain Guilbert, chargé de mission emploi-formation au pôle mer Méditerranée. C’est pourquoi nous faisons émerger des formations dans ces domaines. Nous travaillons, par exemple, à la création d’une licence professionnelle de technicien de maintenance industrielle. Les métiers des aménagements intérieurs dans les yachts sont également en tension, notamment l’ébénisterie. Enfin, la maîtrise de l’anglais constitue un véritable atout dans le domaine naval, surtout dans la grande plaisance. »

SEATECH, L’ÉCOLE DES INGÉNIEURS DE LA MER

Ouverte à la rentrée 2014 à Toulon, l’école d’ingénieur SeaTech propose six parcours de formation dans quatre grands domaines : génie maritime, mécanique, matériaux, et informatique et réseaux. Seule école d’ingénieurs en Paca tournée vers les sciences et technologies marines, elle recrute des étudiants de niveau bac + 2, pour une formation en trois ans. « C’est aussi la seule école d’ingénieurs en région Paca membre du Concours Commun Polytechnique, précise Eric Moreau, son directeur. Elle entretient un lien très fort avec le pôle mer Méditerranée et propose une offre pédagogique au plus près des besoins des entreprises du territoire toulonnais. Elle garantit une insertion privilégiée dans le secteur des sciences et technologies marines, de l’énergie et de l’environnement, de la défense, des transports et des sciences et technologies de l’information. »

 

  • Twitter Cadremploi
  • Facebook Cadremploi
  • Linkedin Cadremploi