Sport, un atout économique pour le territoire

Actualités et conseils sur les carrières en méditérannée
Filières & Métiers
Publié le mercredi 11 janvier 2017
Vignette--marseille-atout-eco_m

En 2017, Marseille sera la capitale européenne du sport. Un signal fort pour le développement du sport dans la ville et pour le dynamisme économique de tout un territoire.

 

À Marseille, le stade Vélodrome a développé différentes offres à destination des entreprises.

L’année sportive de Marseille en 2017 sera jalonnée de quelque 500 projets et manifestations, dont plus de quinze championnats d’Europe ou du monde, les 80 ans du stade Vélodrome, des congrès et conférences… autant d’événements qui renforceront l’attractivité de la ville et de son territoire. On le sait, les grandes manifestations sportives ont un impact positif sur le rayonnement d’une région et sur son économie. Grâce à l’Euro, Marseille a enregistré, en juin 2016, une augmentation de 18 % des nuitées étrangères et une hausse de 60 % de la fréquentation de la ville, selon les chiffres de la Région Provence-Alpes- Côte d’Azur. Les retombées économiques de l’événement s’élèveraient à 180 millions d’euros pour Marseille et 177 millions d’euros pour Nice. En 2007, la Coupe du Monde de Rugby avait attiré 85 000 étrangers parmi les quelque 325 000 spectateurs. Pour 21,2 % d’entre eux, c’était une première découverte du pays, selon les études de la CCI Marseille Provence.

Le sport contributeur de grands travaux

Si Marseille ne reçoit pas de subventions européennes pour financer l’organisation des événements, elle compte bien profiter de son nouveau titre pour booster son économie en attirant notamment de grands comptes sponsors et en développant des partenariats. C’est aussi l’occasion de lancer de grands chantiers qui font vivre les entreprises du BTP locales. À Aix-en-Provence, le nouveau stade Arena qui doit être livré à l’été 2017 représente 70 millions d’euros d’investissements TTC, 300 000 heures de travail et 450 emplois sur dix-huit mois de chantier. D’autres grands projets structurants sont prévus dans la cité phocéenne : la création d’un musée subaquatique, la construction du centre aquatique de Luminy, ou encore du périphérique des sports, parcours circulaire d’une distance de 30 kilomètres à l’intérieur de la ville.

Le sport, vecteur de business

Les stades sont aussi des lieux de business. Doté de près de 6 000 «business seats», le nouveau stade Vélodrome est devenu un espace de rencontres privilégié pour le monde marseillais des affaires. À l’Olympique de Marseille, Anne Maguet, responsable du service partenaires et événementiel, développe une offre à destination des entreprises. « Il est important pour l’Olympique de Marseille d’être en relation étroite avec le tissu économique et plus particulièrement avec les entreprises marseillaises, souligne-t-elle. L’OM peut être un lien pour effectuer du business, pour développer leurs réseaux, inviter leurs prospects et fidéliser leurs clients. Nous permettons également de créer du liant entre invitants et invités, qui partagent des moments forts durant un match ». Le club OM Business Class permet ainsi à ses 600 sociétés membres d’assister à des événements privés de l’OM (présentation des joueurs, entraînements, tournoi de foot, soirée de fin de saison…), de participer à des événements business, comme par exemple un afterwork organisé au Hard Rock Café pour suivre la rencontre PSG-OM, ou d’avoir accès à des avantages exclusifs (tarifs privilégiés sur des produits OM, dans des boutiques partenaires ou surclassement pour un match). «Cinq formules différentes sont proposées selon les besoins, les attentes et le budget de chacun. De la loge privative au Pub Heineken, chaque acteur économique de la région peut y trouver son compte. L’Olympique de Marseille peut également permettre à une marque de présenter ses produits, sous la forme d’un show-room au centre d’entraînement ou d’échantillonnage à l’Orange Vélodrome, d’organiser des séminaires, des tournois de foot ou encore des soirées au centre d’entraînement. Enfin, il est bien sûr possible de communiquer sur ses produits par le biais des différents supports de communication qu’offre le club (panneaux leds, chaîne TV, site internet ou réseaux sociaux)».

LE TECHNOSPORT, OUTIL DE RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET SPORTIVE

Sur le campus de Luminy, le TechnoSport réunit une centaine de chercheurs, des sportifs, des enseignants et des industriels pour une étude in vivo de la performance sportive. Une cinquantaine d’entreprises, dont Airbus Helicopters, Décathlon, Nike et Peugeot y testent leur matériel et étudient la gestuelle du sportif de haut niveau et des populations fragilisées (personnes en situation d’obésité, personnes âgées, etc.). Cette plateforme dédiée à l’innovation du sport et du mouvement comprend une salle de musculation, un gymnase instrumenté, une plaine sportive, un mur d’escalade, une plateforme de recherche, des salles de réunions et deux laboratoires de recherche. Considérant le sport comme un levier de développement économique et d’attractivité, Aix-Marseille Université et la Chambre de commerce et de l’industrie Marseille Provence souhaitent désormais favoriser l’innovation interfilières en rapprochant les entreprises des secteurs de l’aéronautique, du numérique, de la santé et du transport logistique auprès de cet outil, dans le but de créer, à terme, un cluster sport sur le territoire.

Un accélérateur de start-ups au sein d’Allianz Riviera

À Nice, le stade Allianz Riviera est lui aussi le théâtre de rencontres entrepreneuriales. Au coeur du stade, l’Accélérateur Allianz soutient, depuis 2014, les start-ups innovantes et prometteuses dans leur croissance à travers un programme d’accélération intensif de cinq mois. Pour être sélectionnées, les start-ups doivent proposer une offre ou un service innovant liés au big-data, à l’économie du partage, aux objets connectés, à l’Insur- Tech ou à l’e-travel. «Cinq start-ups sont retenues à chaque promotion pour suivre un programme d’accélération destiné à développer leur business et les soutenir dans leur recherche de financement, explique Sylvain Theveniaud, directeur de l’Accélérateur Allianz. À l’issue de ce programme, elles pourront se voir proposer un partenariat stratégique avec Allianz ou tester leur solution à l’international en bénéficiant de la présence du groupe dans plus de 70 pays. Après deux promotions, les résultats sont déjà prometteurs : levée de fonds de 2,6 millions d’euros pour MyCoachFootball (start-up qui a créé une application destinée aux entraîneurs de football, ndlr), portant le cumul des levées de fonds à plus de 12 millions d’euros, le rachat de Finsquare par Lendix et de beaux partenariats». Preuve que le sport est devenu un business comme les autres, une économie incontournable dans le développement d’un territoire.

Interview

Pierre Distinguin
Président de l'association Provence Sport & Lifestyle

Créée par l'agence de développement économique des Bouches-du-Rhône Provence Promotion, l'association Provence Sport & Lifestyle a pour ambition d'améliorer la qualité de vie au travail par le sport. Son président, Pierre Distinguin, en explique les tenants et les aboutissants.

Le sport est un facteur de bien-être et de productivité au sein de l'entreprise

Pourquoi avoir créé cette association Provence Sport & Lifestyle ?

L'association a été créée en mai 2015 sous l'impulsion de Sodexo et de six entreprises emblématiques : Decathlon, Avenir Telecom, Olympique de Marseille, Voyage-Privé. com, Biotech Dental et Arema. Nous sommes partis du constat que, pour attirer les investisseurs étrangers et les meilleurs talents en Provence, il fallait s'attarder sur la qualité de vie et l'ambiance au travail. Des études montrent que moins de stress au travail, se traduit par une diminution de l'absentéisme et une augmentation de 10 à 12 % de la productivité. L'association promeut la mise en place d'indicateurs dans les entreprises afin de mesurer la qualité de vie en milieu professionnel. Le sport et le bien-être au travail constituent l'un des cinq piliers que nous souhaitons développer au sein d'un futur cluster sport de Aix-Marseille. Une fois que nous aurons développé ce pilier, nous nous occuperons des quatre autres que sont l'innovation & le sport, le tourisme & le sport, la santé & le sport, et le sport professionnel.

Nous réfléchissons à mettre en oeuvre à Marseille un incubateur et un accélérateur sport et bien-être

Quel accompagnement apportez-vous aux entreprises pour faire converger travail et bien-être ?

L'association labellise les entreprises qui offrent à leurs collaborateurs un environnement propice au sport, au bien-être et à la santé. Pour ce faire, nous proposons d'établir un diagnostic puis un plan d'actions. Nous nous sommes entourés d'une cinquantaine de professionnels du secteur sportif, du bien-être et de la santé, dont les prestations sont proposées aux entreprises sur le principe de la plateforme Uber. Dans une phase ultérieure, nous mettrons en place un système de notation pour ces prestataires. Nous comptons actuellement 100 entreprises adhérentes et nous en attendons 200 d'ici la fin 2017.

Quels sont vos autres projets pour 2017 ?

Il y a sur le territoire d'Aix-Marseille une centaine de petites entreprises qui se développent autour des thématiques sport et bien-être. Nous réfléchissons à mettre en oeuvre à Marseille un incubateur et un accélérateur sport et bien-être. Nous souhaiterions également créer un laboratoire d'expérimentations sur les sports du futur, comme le padel, nouveau sport de raquette.

En chiffres

  • 2 millions de pratiquants dont 1,2 million de licenciés.
  • 16 000 clubs - 140 ligues et comités régionaux.
  • 26 900 équipements sportifs (stades, gymnases…) et de pleine nature
  • Plus de 1 476 athlètes de haut niveau
  • 13 centres de formations agréés des Clubs professionnels destinés aux jeunes sportifs
  • 2 comités régionaux olympiques et sportifs
  • 14 546 emplois dans le sport*

Retour aux autres articles

  • Twitter Cadremploi
  • Facebook Cadremploi
  • Linkedin Cadremploi