Marseille en mode fashion

Actualités et conseils sur les carrières en méditérannée
Territoires
Publié le mercredi 11 janvier 2017
Vignette-marseille-fashion_m

Forte de la seule formation universitaire de Provence Alpes Côte d’Azur dédiée aux métiers de la mode, la capitale régionale nourrit de grandes ambitions.

 

Exposition dans le cadre du projet #openmymed des créations du marseillais Yacine Aouadi.

Nous souhaitons faire de la région Provence Alpes Côte d’Azur la Californie française de la mode !» Maryline Bellieud-Vigouroux a de la suite dans les idées. C’est la « maman » de l’Institut Mode Méditerranée, créé il y a trente ans à Marseille et devenu Maison méditerranéenne des métiers de la Mode, dont elle est aujourd’hui la porte-parole. Elle est convaincue qu’au pays de la haute couture, Marseille peut se faire un nom aussi prestigieux que Paris. Avec ses 11 300 entreprises spécialisées dans le textile et la mode (parmi lesquelles un tiers est installé dans le département des Bouchesdu- Rhône), ses presque 27 000 salariés générant 4,8 millions d’euros de chiffre d’affaires, la région Paca a une vraie légitimité dans le secteur. Et pas seulement économique.

Une formation élitiste

Si les plus prestigieuses écoles de mode de France sont encore toutes parisiennes (Esmod, Ecole de la chambre syndicale de la couture et de la mode, Institut français de la mode...), les Bouches-du-Rhône peuvent se targuer de proposer « une formation élitiste » avec une licence professionnelle en Gestion et développement des produits de la mode, complétée d’un master Métiers de la mode. En tout, 75 étudiants, issus de filières très variées (économie, communication, droit, langues, et mode évidemment) suivent chaque année ce cursus sur les campus d’Aix-Marseille Université. Dans ses nouveaux locaux du quartier de la Joliette, la Maison méditerranéenne des métiers de la mode (MMMM), partenaire de ces formations universitaires, cultive aussi les graines de créateurs. « Nous abritons une pépinière d’entreprises qui accueille de jeunes créateurs pour les accompagner dans leur développement, explique Maryline Bellieud-Vigouroux. C’est très utile car, dans ce métier, une jeune entreprise doit, comme les grandes marques, respecter des logiques industrielles : proposer deux collections par an, des points de vente et un e-shopping, communiquer, participer à des salons professionnels... Nous les préparons à ce long chemin ».

Autre levier de la MMMM pour propulser les jeunes créateurs sur le devant de la scène : le Mediterranean Fashion Prize. Ce concours, créé en 2010, est ouvert à dix-neuf pays de la rive sud de la Méditerranée. Il permet chaque année à une dizaine de créateurs étrangers de participer à des master class avec des créateurs originaires de la région de Marseille. Un excellent moyen de « se faire un nom » dans le milieu de la mode. Quarante- quatre jeunes créateurs et designers ont déjà bénéficié de cet accélérateur de carrière.

Six formations post bac en Paca

Les étudiants des Master 1 & 2 Métiers de la mode et du textile de la Maison Méditerranéenne des métiers de la mode.

Les écoles de mode, post-bac et privées pour la plupart, ne manquent pas en région Paca. Dans les Alpes-Maritimes, les écoles Condé et ILEC proposent des BTS dédiés. Dans les Bouches-du-Rhône, quatre établissements sont positionnés sur les spécialités mode : l’ESDAC, IICC, Lim’Art et le lycée La Calade. Ce dernier, qui propose la seule formation BTS dans le secteur public de la région, s’est particulièrement fait remarquer avec un taux de réussite remarquable de 93% en 2014 (13 reçus sur 14 candidats). Cette formation est ouverte aux titulaires d’un bac STD2A ou MANAA (inscription du 20 janvier au 20 mars). Pour les formations dans le secteur privé, il faut compter entre 5000 et 6000 euros de frais de scolarité par an.

  • Twitter Cadremploi
  • Facebook Cadremploi
  • Linkedin Cadremploi