Immobilier : le marché aixois à la loupe

Actualités et conseils sur les carrières en méditérannée
Conseils et Repères
Publié le mercredi 11 janvier 2017
Capi_02_m

Le secteur d’Aix-en-Provence est en pleine mutation. Nouveaux quartiers, baisse des prix, regain d’intérêt de clients hexagonaux… Bernard Schustermann, conseiller Capifrance, formateur terrain et coach du département des Bouches-du-Rhône, nous apporte son éclairage.

 

Le marché aixois affiche des spécificités. En matière de foncier, peu de terrains sont disponibles, de fait, les prix restent élevés. Néanmoins, grâce au PLU, les promoteurs ont pu construire des programmes neufs, sur les secteurs de Puyricard, Les Platanes, ou Saint Eutrope, par exemple. Des logements qui attirent les primo-accédants, séduits par des biens modernes (terrasse, calme, garage, ascenseur…), des taux d’emprunts historiquement bas et un pouvoir d’achat assez élevé grâce à un bassin d’emplois actif qui leur permet d’acheter au prix du loyer. Globalement, le marché reprend son rythme. Mais les vendeurs accusent une baisse des prix sensibles (12 % en moyenne en juin) notamment pour les appartements des années 60/70. Aujourd’hui, les acquéreurs analysent le coût dans son intégralité : charges, taxes, crédit et travaux à venir. Le marché de l’ancien bénéficie, malgré tout, de la proximité du centre historique. Dans tous les cas, le rapport qualité/prix devient très déterminant. À Aix comme dans ses environs, le marché de la villa attire toujours autant. La plupart des recherches concernent des maisons individuelles, sans vis-à-vis avec un terrain suffisamment grand pour ne pas être gêné par le voisinage, mais assez petit pour ne pas nécessiter un entretien trop important. Le prix moyen oscille entre 450 000 et 600 000 euros. Une grande pièce à vivre est primordiale, de même qu’une bonne situation géographique, offrant aux enfants une certaine autonomie pour se rendre à l’école, au collège ou au lycée. Dans le secteur, on trouve beaucoup de maisons des années 70/80 dont le prix de vente doit tenir compte de la mise au goût du jour des lieux.

Des quartiers qui reprennent vie

Longtemps considéré comme un dortoir, la Duranne a aujourd’hui le vent en poupe. Situé à seulement 12 km du centre d’Aix et à proximité immédiate de la gare TGV, le quartier propose de nombreux programmes neufs (8 actuellement) et des appartements qui répondent aux normes BBC et accessibles grâce au PTZ. Autrefois réservé au tertiaire et aux entreprises, le Petit Arbois est désormais un lieu de vie, grâce à la création d’une salle polyvalente, d’écoles et de commerces qui ouvrent peu à peu au pied des nouvelles résidences.

Aujourd’hui, les acquéreurs analysent le coût dans son intégralité : charges, taxes, crédit et travaux à venir.

Interview

La vision de PHILIPPE BUYENS
DG de Capifrance

Concernant le marché national 2017, celui-ci devrait être dans la continuité de 2016, à savoir un marché globalement dynamique, mais avec des contrastes en fonction de l'économie locale : des taux d'intérêt qui resteront bas, une loi de finance qui ne remettra pas en question les avantages accordés aux investissements locatifs Pinel et au PTZ pour les primo-accédants ; un dynamisme économique qui devrait soutenir le marché du neuf. En conséquence, celui-ci devrait se situer entre 800 000 et 830 000 transactions et les prix se stabiliser avec moins de 1 % d'augmentation dans certaines agglomérations.

  • Twitter Cadremploi
  • Facebook Cadremploi
  • Linkedin Cadremploi