Les grands chantiers urbains pourvoyeurs d’emplois

Actualités et conseils sur les carrières en méditérannée
Territoires
Publié le lundi 27 novembre 2017
Thiers-carre_m

Les villes et les territoires se métamorphosent, et la construction comme l’immobilier profitent de ces imposants projets. Les entreprises de ces secteurs doivent alors renforcer leurs équipes d’encadrement. Tour d’horizon des chantiers à suivre dans les dix prochaines années et des opportunités qu’ils offrent.
Par Sylvia Di Pasquale

Bouches-du-Rhône

Saint-Paul-lez-Durance - Le chantier Iter

Pharaonique ? Le terme paraît bien faible à la seule consultation des chiffres du projet. 10 milliards d’euros sont investis dans le futur réacteur thermonucléaire de Cadarache. Et comme Iter signifie « chemin », il suffit de suivre le sien : 10 ans de construction, 20 ans d’exploitation et 15 ans de démantèlement. Une aventure de 45 ans à laquelle des centaines d’entreprises vont participer, directement ou indirectement. Des entreprises et leurs nombreux salariés qui sont déjà, ou seront recrutés à cette occasion. Car Iter représentera 58 000 emplois en région Paca d’ici 2030, selon l’Insee. Et si les professionnels du bâtiment sont concernés, ils sont loin d’être les seuls attendus sur le site. Près d’un millier de chercheurs, d’ingénieurs et de techniciens spécialisés dans les sciences de la fusion, du plasma ou de la cryogénie et dans d’autres domaines de compétences techniques et scientifiques (informatique, gestion de projets, électronique…) travailleront à terme sur le site et seront recrutés au cours des prochaines années. S’y ajouteront environ 1 300 personnes assurant la maintenance et la gestion d’Iter, et 6 000 personnes dépendant de l’agence locale du CEA (commissariat à l’énergie atomique). Ces recrutements de grande ampleur sont centralisés, et pris en charge par une antenne dédiée de Pôle emploi installée à Saint-Paul-lès-Durance en liaison constante avec les nombreux employeurs privés participant à l’édification et au fonctionnement de ce futur géant de l’énergie.

Marseille : la rénovation du quartier Saint-Charles - Belle de Mai

Le quartier de la gare Saint-Charles et de la Belle de Mai seront bientôt en chantier. Au total, 7 hectares de casernes à réaménager sur 140 hectares d’ici une dizaine d’années avec notamment 450 logements, un complexe scolaire et une forêt urbaine. Il s’agit d’un projet de renouveau nommé « quartiers libres » qui inclut une démarche participative novatrice. Ainsi, lors de la phase de projet, les habitants des quartiers ont été consultés tout comme les acteurs locaux, les salariés et usagers des quartiers et les partenaires de la ville. Un groupement emmené par les agences Güller-Güller et TVK pilotent le projet. Il rassemble Zakarian-Navalet (architectes urbanistes marseillais), l’atelier Alfred Peter (paysagiste), l’agence MRS (spécialiste en mobilité), l’agence Alphaville (programmation urbaine), Transsolar (conseil en génie climatique), TPF-I (ingénierie de la construction) ou JG Consultants (économie de l’aménagement).

L’extension d’Euroméditerranée 2

Euroméditerranée est l’un des plus grands projets d’aménagement en Europe, initié il y a un peu plus de 20 ans. Avec son deuxième volet, Euromed 2, la métropole en reprend pour 20 ans. Objectifs d’ici 2030 : la création de 20 000 emplois, 14 000 logements neufs, 500 000 m2 de bureaux, 160 000 m2 d’équipements publics, 14 hectares d’espaces verts et l’arrivée de 30 000 habitants supplémentaires. Avec son projet d’ÉcoCité, une série d’infrastructures permettront de créer des emplois dans la filière verte : plateforme de dépollution des sols, boucle thalassothermique, parc des Aygalades (futur poumon vert de Marseille). Marseille va ainsi renforcer la présence d’emplois dans les domaines du tertiaire, du maritime, de l’économie verte, du numérique et de l’ingénierie, liés à la ville de demain.

Le projet - La calanque

Un grand pas pour la mixité sociale ? C’est en tous cas l’espoir du promoteur Amétis qui porte le projet de « La Calanque ». Cette résidence de 546 logements, imaginée par l’architecte Jean Nouvel, devrait voir le jour en 2020 dans le quartier Saint-Just de Marseille. Ce qu’elle a d’atypique ? D’abord sa couleur, bleue, qui reprend celle de la façade du Conseil départemental tout proche. Mais c’est surtout son volet social qui la rend remarquable puisqu’il inclut une grande diversité des logements proposés : outre les 49 appartements en accession libre et des parkings, on y trouvera 75 logements sociaux, 166 logements pour étudiants, 90 logements en accession à coût maîtrisé (commercialisés par Ideom, filiale d’Ametis spécialisée dans l’accession sociale). S’y ajouteront une résidence intergénérationnelle (logements pour seniors, résidence pour jeunes actifs, logements familiaux), des locaux commerciaux en rez-de-chaussée et une résidence hôtelière à vocation sociale. Tout ce petit monde profitera des jardins partagés installés au dernier étage. Un « véritable lieu de mixité », résume Jean Nouvel. « Les travaux ont été confiés à des groupements de petites et moyennes entreprises locales », ajoute Michel Tamisier, directeur général d’Ametis Paca, telles que Intertravaux (terrassement), CEC Salinesi (maîtrise d’œuvre), Stam/SECTP (gros œuvre), SGF (étanchéité), SMMM (menuiserie), Néo Paysages/Pinson/Neptune (façades végétales, bassins).

Principauté de Monaco

L’extension de monaco vers la mer
Six hectares gagnés sur la mer d’ici 2025. C’est le titanesque projet en cours à Monaco, avec la création d’un quartier sur le site de l’anse du Portier : construction de logements collectifs et individuels, commerces, extension du centre des Congrès, un parking public, un port et des espaces publics dont un parc végétalisé. Les premiers travaux ont débuté fin 2016 avec des études pour préserver la faune et la flore. Suivent les premiers grands travaux maritimes et les travaux de voirie (jusqu’en 2020), puis ceux de construction du nouveau quartier pour une livraison finale en 2025. Côté emplois, de très nombreuses entreprises sont impliquées dans le projet (Lafarge-Cemex, Someca, Cloturaix, Grue Services, Envisan, Bouygues Construction, etc.) et vont y prendre part au fur et à mesure de son avancement. À commencer par Bouygues Travaux publics qui annonce plus de 700 emplois directs et indirects, dont des postes cadres. À titre d’exemple, l’entreprise cherche des coordinateurs d’études techniques spécialisés en génie civil et travaux maritimes, ainsi que des contrôleurs travaux pour son usine de préfabrication basée au large du port de Marseille.
Trois équipes s’y relaieront 24h sur 24 et 7 jours sur 7 jusqu’en 2019. Elles seront chargées de construire 18 caissons en béton armé de 27 mètres de haut chacun, sur lesquels reposera le nouveau quartier sur la mer.

Alpes-Maritimes

Le chantier Thiers
Les abords des gares ne sont pas, en règle générale, les quartiers les plus prisés des métropoles. Mais la ville de Nice – comme Marseille et sa gare Saint-Charles – a décidé de conjurer ce sort. Et pour cause. TGV aidant, la gare de la Baie des anges, forte de ses huit millions de voyageurs, devrait en accueillir trois millions de plus d’ici trois ans. Pour eux, et pour tous les Niçois, les abords de la gare Thiers et de l’avenue Jean Médecin seront réaménagées. Un vaste chantier, ponctué d’un tout nouvel immeuble en forme de diamant confié à l’architecte Daniel Libeskind et à l’agence Février Carré. Ces grands travaux d’urbanisme, qui ont démarré au cours de l’été pour une livraison prévue fin 2019, se dérouleront sous la houlette de la Compagnie de Phalsbourg. Le promoteur parisien, qui a ouvert une antenne sud-est prévoit de nombreuses embauches, comme les diverses entreprises chargées des travaux.

  • Twitter Cadremploi
  • Facebook Cadremploi
  • Linkedin Cadremploi